Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEntretiens

Entretien avec Jean Baptiste Passé, directeur général du Festival du Livre de Paris

Auteur: Paolo Grossi

08/05/2022

Entretien avec Jean Baptiste Passé, directeur général du Festival du Livre de Paris

Entretien avec Jean Baptiste Passé, directeur général du Festival du Livre de Paris

 par Paolo Grossi

 

  1. Quel est le bilan de cette première édition du Festival du livre de Paris ?

C’est une vraie réussite ! Nous avons joué à guichet fermé les 3 jours de la manifestation. Le Grand Palais Ephémère n’a pas désempli et le Festival du Livre de Paris fixe un record d’affluence au Grand Palais Ephémère. Nous affichons donc une fréquentation de 90 000 visiteurs en y ajoutant les curieux des nombreuses rencontres organisées dans les 15 lieux satellitaires du Festival. Au-delà des chiffres, la satisfaction est surtout qualitative. Les éditeurs présents, les auteurs invités et le public ont partagé une belle émotion collective. Si le lieu, la scénographique que nous avons élaborée et -ne gâchons pas notre plaisir- la vue sur la Tour Eiffel sont de vrais atouts, notre réussite a été de placer le livre au cœur du dispositif et tous nous en savent gré.

 

  1. Sur la base de l’expérience acquise, quelles améliorations pourraient, selon vous, être introduites l’année prochaine ?

Nous avons mené cette transformation en très peu de temps avec un collectif naissant et une structure et des outils embryonnaires. Les douze mois qui nous séparent de la prochaine édition nous permettront d’effectuer de nombreux réglages et améliorations. Nous entrons dans une phase de débrief avec tous les exposants qui nous aideront à lister précisément et dans le détail les points à corriger. J’ai déjà le souhait d’intensifier la visibilité des marques éditoriales, de densifier les encaissements volants et centralisés et d’augmenter la bibliodiversité en fédérant plus largement encore les maisons d’éditions et en accueillant plus d’éditeurs autour de ce beau projet.

  1. En 2023, l’Italie sera l’invitée d’honneur du festival. Comment pensez-vous que la présence des éditeurs italiens puisse être mise en valeur de manière adéquate ? En plus des espaces du Festival, pensez-vous qu’il serait possible d’imaginer des événements hors site (“off”), comme cela se passe actuellement à la Foire du livre de Turin ?

Cette invitation réussie de l’Inde malgré la distance physique et les contraintes sanitaires nous laisse espérer un partenariat plus fécond encore avec toute l’édition italienne. Il s’agira tout d’abord de trouver la meilleure articulation avec le Festival Italissimo qui réalise un travail de fond remarquable depuis tant d’années et dont les dates habituelles sont très proches des nôtres (21-22-23 avril 2023). Nous travaillerons ensuite en étroite collaboration avec les éditeurs via leurs représentants de l’AIE. Enfin, même si nous tirons un bilan très positif de l’extension du Festival en dehors du Grand Palais Ephémère, je ne souhaite pas créer un tiers lieu ou un « off » dédié à l’Italie. Au contraire, nous souhaitons travailler l’hybridation, la rencontre, les croisements, le mélange pour que cette nouvelle édition permette l’émergence d’auteurs transalpins en France. J’ai déjà hâte de m’y mettre !

Share: