Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEntretiens

Depuis Madrid: entretien avec Rocìo Fernández, éditeur de romans étrangers chez Seix Barral

Auteur: Laura Pugno

30/11/2020

Depuis Madrid: entretien avec Rocìo Fernández, éditeur de romans étrangers chez Seix Barral

Rocío Fernández est éditrice responsable du secteur roman étranger chez Seix Barral. Elle est diplômée en journalisme et titulaire d’un master dans le domaine de l’édition. Depuis 2004, elle a travaillé aussi bien à Madrid pour le Grupo Anaya qu’à Barcelone pour l’agence littéraire Carmen Balcells et dans l’équipe des Ediciones Salamandra. 

Pourrais-tu résumer l’ADN de ta maison d’édition aux éditeurs, aux auteurs et aux lecteurs italiens ?

Seix Barral est, sans doute, une référence dans le monde de l’édition en castillan, en Espagne et en Amérique Latine. C’est une maison fondée en 1911 qui se caractérise par un engagement fort sur la qualité et sur la publication de livres qui ont un sens et durent dans le temps. Seix Barral a porté son intérêt sur le roman d’Après-Guerre et au boom de la littérature hispano-américaine avec la publication d’auteurs comme Juan Marsé, Eduardo Mendoza, Jorge Luis Borges, Maria Vargas Llosa ou de Pablo Neruda. Nous avons publié, en outre, des œuvres d’auteurs étrangers comme Virginia Woolf, Don DeLillo, Patrick Süskind, Siri Hustvedt, Paul Auster ou Salman Rushdie. Aujourd’hui, notre catalogue unit au prestige d’auteurs confirmés un engagement résolu vers des œuvres récentes nationales ou internationales. 

Comment es-tu entrée en contact avec le livre italien et la littérature italienne ? Y-a-t-il eu un moment, une rencontre ou évènement particulier dans ta vie ou dans ton métier d’éditrice ?

La recherche et la découverte de tout ce qui pourrait devenir une œuvre emblématique de la littérature européenne ont toujours été dans l’ADN de notre maison d’édition. Dans le cas de la littérature italienne, les liens étroits entre l’éditeur Carlos Barral, l’Italie et ses collègues italiens ont été déterminants. Comme l’a été, d’ailleurs, le prix éditorial de niveau international « Formentor » et les rencontres successives entre écrivains et éditeurs qui se déroulaient à Majorque dans les années 1960 et qui ont favorisé les échanges entres des figures phares du monde l’édition italien comme Giulio Einaudi ou Inge Feltrinelli. 

Sur le plan personnel, plutôt que de rencontres je parlerais d’une série de découvertes faites durant ces dernières années ; des découvertes diverses et variées, très enrichissantes, comme la lecture inoubliable des romans d’Elsa Morante, les escapades en Sicile grâce au « maître » Camilleri, le fait de me retrouver dans les mots de Magris ou de Pirandello ou la redécouverte des couleurs de mon enfance de l’autre côté de la Méditerranée.

 

Quelle est, à ton avis, la particularité de la littérature italienne et du livre italien en général et quel est leur apport au catalogue de ta maison d’édition ?

Il me paraît difficile d’énumérer une seule caractéristique ou une seule particularité qui parvienne à définir de manière satisfaisante une littérature aussi vivante et variée, mais j’y ai toujours trouvé des voix saisissantes et puissantes, des personnalités fortes qui ne ressemblent pas et qui ne cherchent pas à ressembler à d’autres. De plus, dans la description des relations familières et dans les analyses du monde émotif des personnages, je trouve souvent un angle de vue qui s’apparente à une véritable dissection des sentiments, sans pudeur, et cela c’est, à mon avis, la valeur ajoutée d’une bonne histoire. 

Si nous voulons continuer à offrir à nos lecteurs la meilleure littérature internationale et refléter la sensibilité et les thématiques qui caractérisent les textes européens d’aujourd’hui, dans notre catalogue, la présence d’œuvres d’une tradition littéraire confirmée – comme la littérature italienne – est fondamentale. 

Quels sont les écrivaines et les écrivains italiens de ton catalogue ? Quel type de livres et d’auteurs voudrais-tu acheter ? 

Durant sa longue histoire, Seix Barral a eu l’occasion de publier des œuvres des auteurs comme Cesare Pavese, Italo Svevo, Carlo Emilio Gadda, Pier Paolo Pasolini, Umberto Ecco ou La Divina commedia, dans une traduction magistrale qui est devenue une référence absolue en langue castillane. Seix Barral n’a pas non plus négligé des phénomènes plus récents, avec la publication d’écrivains comme Erri De Luca, Susanna Tamaro ou Michela Murgia et prend toujours en considération de nouvelles voix comme, par exemple, celle de Viola Ardone, avec la publication prochaine d’Il treno dei bambini.  

Nous sommes à la recherche d’authentiques histoires qui suscitent des émotions, du débat et de la réflexion chez nos lecteurs, mais qui favorisent aussi l’analyse et la pensée critique : en somme la Littérature avec un L majuscule !

Qu’est-il possible de faire pour rendre (encore) plus étroits les liens entre le monde de l’édition italienne et celui de l’édition espagnole ? En règle générale, et dans cette période particulière ?

Je dirais que jusqu’alors la relation entre les deux mondes éditoriaux a toujours été satisfaisante. Ce qui m’inquiète, en revanche, c’est comment sera le monde après la pandémie. Si la situation sanitaire ne permet pas de voyager pendant un bon bout de temps (et c’est pour cela que sont reportés des évènements importants comme le salon de Turin), il est d’autant plus urgent de repenser nos moyens de communication et de maintenir vivant le débat culturel entre nos deux pays. 

 

Quelle utilité peut avoir une plateforme comme newitalianbooks ? En général, et en cette période particulière ?

Avec la surabondance actuelle d’informations il est plus important que jamais de proposer des contenus accessibles, attrayants, actualisés ; dans notre cas, newitalianbooks aura atteint son but s’il fait en sorte que les éditeurs du monde utilisent la plateforme pour savoir comment se comporte le marché italien, quels sont les livres importants, les tendances en cours. En cette période, dans laquelle l’interaction digitale est plus importante que jamais, je crois que newitalianbooks arrive à point nommé pour garantir une plus grande visibilité à la littérature italienne dans un panorama international toujours plus concurrentiel. 

 

Share: