Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEntretiens

Entretien avec Emanuela Canali responsable des droits étrangers chez Mondadori Libri

Auteur: Paolo Grossi

Entretien avec Emanuela Canali responsable des droits étrangers chez Mondadori Libri

Après plus d’un an de pandémie et de foires internationales uniquement numériques, comment se porte le livre italien à l’étranger?

Malgré le choc initial, qui a bouleversé tout le monde, pas seulement les éditeurs, rien ne s’est arrêté dans le monde du livre. Les données sont surprenantes et le disent clairement : après une première période d’égarement et de pause forcée, le secteur a réagi rapidement. En fait, dans le monde du livre, cette pause forcée a été bénéfique : presque partout, on a redécouvert le plaisir de la lecture, ce qui a incité les éditeurs à ne pas baisser les bras, mais à se concentrer davantage et mieux sur leur travail. Bien qu’il y ait eu des coupes, des changements et des réorganisations dans les programmes éditoriaux, l’intérêt général pour un bon livre n’a jamais faibli. Cela est également vrai pour les titres italiens à l’étranger. Ceux qui s’attendaient à ce que les éditeurs étrangers suspendent l’acquisition de nouveaux auteurs de notre pays ont dû se raviser. Il n’a pas été ainsi, même s’il est vrai que l’on a enregistré une plus grande prudence dans les choix éditoriaux et parfois même une préférence marquée pour les auteurs classiques qui peuvent garantir une durée dans le temps. Et, du moins dans mon expérience personnelle, il y a aussi eu des phénomènes très intéressants.

Que recherchent les éditeurs étrangers lorsqu’ils s’intéressent à l’Italie ? De nouvelles tendances sont-elles apparues au cours de cette dernière période ?

Pendant des années, on a cherché des romans ou des essais sur la Mafia – dans ses différentes déclinaisons : Mafia, Camorra, ‘ndrangheta, et toute forme de criminalité organisée – ou des romans qui correspondaient à une Italie de carte postale liée au stéréotype « spaghetti amore mandolino » ou au néo-réalisme « sciuscià ». Donc, de préférence le Sud, la pauvreté, une enfance rude, des paysages presque primitifs, une dimension « exotique ». Les succès de Gomorra ou du Commissario Montalbano (pour citer les deux exemples les plus réussis) vont dans ce sens, sans rien enlever au talent extraordinaire de deux auteurs comme Roberto Saviano et Andrea Camilleri, qui ont fait école et et ont créé une série impressionnante d’épigones.

Un très jeune écrivain comme Paolo Giordano n’appartient pas à ces courants. Avec son premier roman, il a réussi à se faire une place dans le monde non pas en racontant une Italie rassurante pour les lecteurs étrangers, mais une histoire de solitude et de malaise juvénile, bien illustrée par l’observation stupéfaite d’un jeune écrivain américain, Stefan Merrill Block, qui a écrit : « Quel choc d’ouvrir un roman écrit par un jeune physicien en Italie et de m’y retrouver à chaque page ! Il n’est pas étonnant que les lecteurs de Giordano se comptent par millions ; cette contemplation aiguë et poignante de la solitude a le pouvoir de nous faire sentir un peu moins seuls. » Ce fut un moment de gloire pour l’Italie, qui a provoqué une nouvelle mode et déclenché une véritable chasse aux nouvelles voix « à la Giordano ». D’autres modes et tendances ont suivi (les romans policiers italiens et les romans de montagne me semblent les plus dignes de note), puis Elena Ferrante est arrivée. Et l’enfer s’est déchaîné.

Il était tout à fait prévisible qu’un roman se déroulant à Naples éveillerait un vif intérêt, mais tout le monde n’était pas initialement prêt à parier sur l’histoire d’une amitié entre femmes. Au lieu de cela, tous les quatre romans se sont peu à peu transformés en best-sellers avec des centaines de milliers d’exemplaires et – incredibile dictu ! – ils ont réussi à grimper les classements des ventes de tous les pays du monde. C’est la grande et véritable nouveauté introduite par Ferrante : pour la première fois, les best-sellers internationaux ont été dominés par une auteure italienne inconnue, peu enclin à donner des interviews et totalement réticent à se promouvoir non seulement à l’étranger, mais aussi à l’intérieur de ses propres frontières.

Il est évident que la première conséquence de cette « déflagration » a été de réveiller un intérêt très fort pour les femmes écrivains, et c’est à mon avis la grande tendance qui s’est dégagée ces derniers temps avec celle que j’ai évoquée plus haut, à savoir la recherche d’écrivains ou d’écrivaines qui sachent continuer à parler dans le temps, « qui ne finissent jamais de dire ce qu’ils ont à dire », pour citer Calvino. Personnellement, j’en ai fait l’expérience avec Alba de Céspedes, une grande écrivaine trop longtemps oubliée, même en Italie, et qui partage le regard implacable de Ferrante sur le « destin sordide » des femmes. C’est d’ailleurs Ferrante elle-même qui, dans son cahier de travail Frantumaglia, a cité le chef-d’œuvre de Céspedes, Dalla parte di lei (tr. fr. Elles), comme l’un de ses « livres d’encouragement », et l’a loué comme un « texte qui me paraît tout entier d’une grande intelligence littéraire… dans les cent cinquante premières pages, il y a l’histoire d’une relation mère-fille, et plus généralement un catalogue des rapports humains entre femmes, qui est mémorable ».

Cela faisait des années que je n’avais pas reçu autant de manifestations d’intérêt de la part des plus grands éditeurs du monde pour un auteur italien ; cela faisait des années que je n’avais pas organisé des enchères aussi féroce, qui se sont soldées en faveur des plus grands noms de la scène internationale, dont Gallimard, Suhrkamp/Insel, Seix Barral, et même les Chinois de Shanghai 99. Tous ont l’intention d’en faire la promotion et de la relancer à grand renfort de publicité dans l’espoir de recréer cette « fièvre de Ferrante » dont on a tant parlé, au point que les éditeurs de langue anglaise (Pushkin Press au Royaume-Uni et Astra House aux États-Unis) tentent de s’emparer d’Anne Goldstein (la traductrice de Ferrante). Je suis prêt à parier, car l’étonnement et l’émerveillement des éditeurs étrangers de découvrir (ou redécouvrir, car n’oublions pas que de Céspedes fut l’un des écrivains italiens les plus traduits dans les années 50) une voix « d’une incroyable modernité capable d’explorer le féminin en profondeur et sans tabou » ont été unanimes.

 Deux importants rendez-vous internationaux attendent l’Italie en tant qu’invité d’honneur dans les prochaines années : Paris 2022 et Francfort 2024. Quelle importance attribuez-vous à ces deux événements et quels résultats en attendez-vous ? Que faut-il faire, au niveau des institutions publiques, pour arriver préparés à ces deux étapes cruciales ?

Ces foires sont importantes car elles attirent l’attention du monde sur l’Italie et sa production, activant – comme cela s’est produit dans le passé – un extraordinaire courant d’intérêt. Nous ne devons jamais oublier que l’italien est malheureusement une langue parlée par une minorité dans le monde et que tout ce qui peut être fait pour favoriser sa diffusion est extrêmement bienvenu. En attendant, je pense que c’est une bonne chose que le site newitalianbooks ait comblé une lacune, en s’alignant sur les pays européens, qui disposent d’outils similaires depuis des années. Je trouve également très appréciable que, pour faire face aux deux prochaines foires, ce site se dote de versions en français et en allemand, signe évident d’une plus grande attention envers ce secteur. Heureusement, nous sommes loin de l’époque du célèbre article de Fruttero & Lucentini publié dans La Stampa (que je ne trouve malheureusement plus) sur la manière bizarre dont les institutions suivaient les auteurs italiens à l’étranger. L’intérêt me semble maintenant présent, et concret. Ce que nous demandons maintenant aux institutions, c’est un engagement commun et compact de la part de tous (ministère des Affaires étrangères, ministère de la Culture, Aie) dans le but de créer une véritable synergie de travail. C’est le seul moyen de faire mieux connaître ce qui se passe en Italie. L’organisation de présentations d’auteurs, de rencontres entre éditeurs pour favoriser les échanges, de panoramas de l’édition italienne avec des présentations pour les domaines thématiques (fiction, non fiction, enfants, art/catalogues) de notre production est la bienvenue, mais tout cela est secondaire par rapport à l’outil principal et indispensable pour nous rapprocher des autres pays, à savoir les aides à la traduction. À cet égard, je me fais le porte-parole des demandes de nombre de mes collègues étrangers, qui souhaiteraient voir plus de fonds, avec une plus grande garantie d’obtention et une simplification des procédures, et plus de sessions pour la présentation des demandes (on me dit que le Letterenfonds néerlandais a sept sessions par an ; on ne demande pas d’arriver à cela, mais ce serait déjà important d’en avoir deux chaque année).

Nous espérons tous revenir bientôt aux salons « en présence », mais en attendant, nous avons vu comment le BIEF (Bureau International de l’Édition Française) a pu organiser une puissante plate-forme qui a lancé la « French Week », un événement en ligne de deux semaines qui a réuni 570 éditeurs de 53 pays avec 93 maisons d’édition françaises. Les comparaisons sont souvent inappropriées – ne m’en voulez pas : mais pourquoi ne pas profiter de la plus grande expérience de nos cousins français (qui sont, bien sûr, très doués dans la promotion de leurs produits, quels qu’ils soient) et l’utiliser en tant que pionnier ?

Share: