Rechercher dans le catalogue

Recherche avancée dans le catalogue Nouveaux livres italiens

Skip to content Skip to footer
11 mars 2022

Entretien avec Laurence Bourgeon, éditrice aux éditions Cambourakis

Auteur:
Paolo Grossi

Quels sont les titres italiens les plus importants publiés par Cambourakis, tous domaines confondus (fiction, jeunesse, BD) ?

Les éditions Cambourakis sont une maison d’édition généraliste qui publie de la littérature, des albums jeunesse, des bandes dessinées et des sciences humaines et sociales dans sa collection Sorcières. Dans chacune de ces collections sont publiés des ouvrages traduits, depuis différentes langues. En ce qui concerne la bande dessinée, Zerocalcare est l’auteur italien le plus important de notre catalogue. Il a connu un véritable succès en 2016, avec Kobane Calling, traduit par Brune Seban. Il est à ce jour notre meilleure vente de tout le catalogue de bande dessinée avec plus de 45.000 exemplaires vendus. Nous avons depuis publié cinq autres ouvrages de cet auteur (Oublie mon nom, Douze heures plus tard, Au-delà des décombres, La Prophétie du Tatou et Un poulpe à la gorge) toujours extrêmement bien accueillis par les lecteurs et les libraires. D’autant plus que Zerocalcare se rend disponible pour accompagner la sortie de chacun de ses livres en France – il parle parfaitement français car sa mère est française – et sa venue constitue toujours un petit événement. 

Au sein de notre catalogue jeunesse, c’est l’autrice-illustratrice Felicita Sala (qui écrit en anglais car elle a longtemps vécu en Australie) qui se distingue pour la langue italienne. Elle collabore à des albums jeunesse dans le monde entier, que nous avons publiés pour certains, à l’image d’Ode à un oignon, consacré à Pablo Neruda, dont elle a réalisé les illustrations, ou encore Joan Procter, la femme qui aimait les reptiles, qui revient sur la trajectoire de la première femme à avoir dirigé le muséum d’histoire naturelle de Londres. Mais elle est également l’autrice de deux ouvrages qui ont été créés pour les éditions Cambourakis avec un succès certain: Au 10, rue des jardins, qui propose des recettes du monde entier faciles à faire par des enfants en même temps qu’il raconte la vie d’un immeuble aux voisins cosmopolites ; et Un an à Fleurville, autre livre de recettes à l’intention des enfants (mais pas uniquement), avec le souci de suivre la saisonnalité des fruits et des légumes, le tout agrémenté de conseils pour la culture, en ville ou à la campagne. 

Dans le domaine de la littérature, le catalogue des éditions Cambourakis s’articule autour de la découverte de nouvelles plumes contemporaines mais également de rééditions d’ouvrages publiés il y a des années en France, et désormais épuisés, qu’il nous semble important de pouvoir faire redécouvrir. Les meilleures ventes de notre catalogue de littérature italienne se font avant tout en format de poche avec les titres de Grazia Deledda, dont nous avons entrepris depuis 2018 la réédition des titres parus en France, à savoir Le Pays sous le vent, Braises, Le Lierre sur l’arbre mort, Elias Portolu et Dans l’ombre la mère, ainsi qu’un titre inédit, Cosima, paru en 2020. De la même manière, la redécouverte de l’œuvre de Maria Messina grâce à sa réédition en poche a été saluée avec succès. La Maison dans l’impasse, extrêmement soutenue en librairie, a été suivie de la réédition de Severa et publions au mois de mars 2022, toujours dans une traduction de Marguerite Pozzoli, un titre encore inédit de cette autrice: Une fleur qui ne fleurit pas

En ce qui concerne la littérature contemporaine, c’est le premier roman d’Andrea Donaera, Je suis la bête (traduit par Lise Caillat), paru en 2020, qui a reçu le plus bel accueil en France. Sa langue puissante et sa capacité à nous immerger dans les pensées de ses personnages, membres ou sous emprise de la mafia des Pouilles, ont été largement saluées, entrainant plusieurs réimpressions et un passage en poche. Auparavant, les ouvrages engagés, témoins de l’histoire et de la politique italiennes, de Barbara Balzerani, à commencer par Camarade lune (traduit par Monique Baccelli) puis Laisse la mer entrer (traduit par Laura Brignon) s’étaient également distingués.

 

Quelques mots sur vos programmes de publication dans le domaine italien et sur les critères qui ont guidé vos choix.

De manière générale, le catalogue littéraire des éditions Cambourakis s’articule autour de deux axes: la publication de nouvelles plumes de la littérature contemporaine encore inconnues en France et la réédition de classiques ou classiques contemporains, parus en France chez d’autres éditeurs il y a des années, mais désormais épuisés et qu’il nous semble important de faire redécouvrir. Au fil des ans, nous avons ainsi réédité dans notre collection de poche des ouvrages de Beppe Fenoglio, de Grazia Deledda, de Maria Messina, de Gesualdo Bufalino, de Carlo Cassola ou encore de Pina Rota Fo. Notre catalogue de littérature contemporaine s’étoffe aussi depuis quelques années avec les ouvrages de Barbara Balzerani, d’Elisa Ruotolo et d’Andrea Donaera. 

Notre programme de parutions pour l’année 2022 est assez représentatif de notre politique éditoriale témoignant du souci de proposer une littérature de qualité et de suivre les auteurs que nous publions au fil du temps.

Nous prévoyons ainsi de publier en mars dans notre collection de poche Le Ventre de Naples de Matilde Serao, une des premières femmes journalistes en Italie, qui livre un portrait social, politique et engagé de sa ville de cœur. Cette publication fait écho à notre politique de redécouverte d’autrices en partie oubliées, à l’image de Grazia Deledda et Maria Messina (dont nous proposons, en mars également, un titre inédit: Une fleur qui ne fleurit pas). Au mois d’avril, nous rééditons en poche La Permission, de Beppe Fenoglio, dont nous avons déjà réédité Le Mauvais Sort et Le Printemps du guerrier. Et en août prochain, nous sommes heureux de pouvoir faire découvrir la traduction française par Nathalie Bauer de Quel luogo a me proibito, un très beau roman d’Elisa Ruotolo, dont nous avons déjà publié un recueil de nouvelles en 2018: J’ai volé la pluie.

Dans les domaines de la bande dessinée et de la jeunesse, les projets dépendent davantage des rencontres et de la qualité des projets proposés, avec toujours une recherche d’inventivité narrative et visuelle. Et, tout comme en littérature et en sciences humaines et sociales, nous avons à cœur de faire découvrir les destins et les œuvres de figures féminines. À cet égard, Marie Curie écrit et dessiné par Alice Milani et Violeta, corazon maldito, de Virginia Tonfoni et Alessio Spataro, consacré à la vie de la chanteuse chilienne Violeta Parra, sont particulièrement représentatifs de cette démarche.

 

L’Italie sera le pays à l’honneur du Salon du livre de Paris en 2023. Dans la perspective de cette échéance, avez-vous déjà pensé à des initiatives particulières ? 

Nous nous réjouissons que l’Italie soit le pays invité d’honneur du Salon du livre de Paris en 2023 et espérons vivement pouvoir faire partie de cette programmation. En effet, nous prévoyons de publier le prochain de roman d’Andrea Donaera, Lei che non tocca mai terra, à ce moment-là. Et la prochaine bande dessinée de Zerocalcare devrait être parue quelques mois avant. Ces deux auteurs mériteraient à nos yeux tous deux d’être invités à cette occasion pour être découverts par un lectorat encore plus large.

 

Lorsque vous avez publié des titres d’auteurs italiens, avez-vous déjà demandé aux Instituts culturels italiens en France (Paris, Strasbourg, Lyon et Marseille) d’organiser des présentations ?

Les venues de nos auteurs italiens ont pour l’instant été assez limitées (d’autant plus depuis deux ans en raison de la pandémie) et nous n’avons jamais sollicité les instituts culturels italiens en France mais c’est une chose à laquelle nous pensons depuis un moment et que nous savons devoir développer. Nous avons l’intention de le faire autant que possible pour nos prochaines publications. Nous savons combien ce réseau est précieux et comme il est dommage de ne pas développer davantage cette collaboration!