Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEntretiens

LITaly New Italian Writing: nouveaux auteurs à San Francisco

LITaly New Italian Writing: nouveaux auteurs à San Francisco

depuis le portail web ITALIANA

Un projet d’anthologie promu par l’Institut culturel italien de San Francisco et édité par Marco Cassini

LITaly : New Italian Writing in Translation est un projet organisé par l’Institut culturel italien de San Francisco pour promouvoir la traduction de nouveaux auteurs italiens aux États-Unis.  Une anthologie de neuf écrivains (Andrea Esposito, Ilaria Gaspari, Francesco Longo, Eleonora Marangoni, Paolo Pecere, Andrea Pomella, Remo Rapino, Vanessa Roghi, Matteo Trevisani), sélectionnés par Marco Cassini, éditeur, fondateur de Minimum Fax puis de Sur Edizioni. L’anthologie est composée d’extraits des romans des neuf auteurs, traduits pour la première fois en anglais par Olivia Sears et Anne Milano Appel, et est accompagnée d’illustrations spécialement créées pour le projet par les graphistes romains RAMI et Meneghello. Le 10 octobre, en prévision de la XXIe Semaine de la langue italienne dans le monde 2021, l’anthologie a été présentée lors du Litquake Literary Festival de San Francisco, dont l’Institut est partenaire.

Nous en avons discuté avec Annamaria Di Giorgio, directrice de l’Institut culturel italien de San Francisco, et l’éditeur Marco Cassini.

Comment est né le projet LITaly, quelle est sa portée et quels sont ses objectifs ?

Annamaria Di Giorgio :

Depuis mon arrivée à San Francisco, j’avais imaginé de lancer une série de traductions d’auteurs ou de textes italiens non encore traduits en anglais, à l’instar de ce que d’autres collègues ont fait par le passé. Je voulais aussi inclure des auteurs de romans graphiques et de poésie, des secteurs dans lesquels, à mon avis, l’Italie possède un talent extraordinaire qu’il faut faire connaître. Enfin, pour rendre le travail plus simple et plus accessible, j’ai décidé de commencer par la fiction et de lancer les autres volumes dans les années à venir. J’ai rencontré Marco Cassini à San Francisco lors des célébrations du centenaire de Lawrence Ferlinghetti à City Lights. Nous avons commencé à développer l’idée et c’est ainsi qu’est née LITaly, avec de grands espoirs de succès… L’objectif, bien sûr, est de promouvoir la connaissance des livres et des auteurs italiens aux États-Unis, d’initier ou de faciliter les relations entre les maisons d’édition, et de déclencher une étincelle qui pourrait conduire à de futures collaborations.

Du point de vue de l’Institut, comment la littérature italienne contemporaine est-elle reçue aux États-Unis, et en particulier sur la côte ouest ?

Annamaria Di Giorgio :

Ce que l’on appelle « l’effet Ferrante » a entraîné un regain d’intérêt pour la littérature italienne aux États-Unis. De nombreux auteurs sont traduits, par exemple Natalia Ginzburg, Elsa Morante, Igiaba Scego, Francesca Melandri… Certains écrivains célèbres et influents, comme le lauréat du prix Pulitzer Andrew Sean Greer et Chang Rae Lee, vivent près de San Francisco et ont des relations très étroites avec l’Italie. D’autres écrivains italiens vivent aux États-Unis de façon permanente ou temporaire, comme Andrea Bajani, Vanessa Roghi, Michele Masneri ou Lorenza Pieri, pour n’en citer que quelques-uns). Je pense qu’il est important de profiter de ce moment historique d’échange et de bouillonnement. Sur la côte Ouest, il y a moins d’éditeurs qui publient des auteurs italiens que sur la côte Est, il y a donc une marge de progression. Géographiquement, la juridiction de l’Institut culturel italien de San Francisco s’étend à des villes importantes et densément peuplées, où l’intérêt pour la littérature – surtout indépendante – est très fort, comme Portland et Seattle, mais aussi Salt Lake City et Hawaï ; c’est dans ces territoires qu’il serait intéressant d’étendre notre promotion.

Quelles mesures pourraient être utilement adoptées, au-delà de celles qui sont déjà en place, pour encourager la traduction de notre littérature à l’étranger et pour promouvoir le livre italien dans le monde en général ?

Marco Cassini :

Sans aucun doute, le fonds de 400 000 euros mis à disposition par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale spécifiquement pour la traduction d’œuvres italiennes à publier dans d’autres pays est déjà une réponse significative. Les initiatives individuelles et spontanées, comme la collaboration de l’Institut avec un festival d’excellente visibilité et qualité comme LitQuake, doivent également être saluées, voire encouragées et soutenues. Si chaque Institut était en mesure de jeter un pont avec un ou plusieurs festivals littéraires de sa région, le public généralement attentif et curieux de ces événements serait guidé vers de nouvelles voix italiennes. Personnellement, j’ajouterais la proposition de créer – maintenant que nous avons été contraints de réaliser qu’il est possible de faire ces choses non seulement en direct mais aussi à travers des plateformes numériques – un événement international, une sorte de show case annuel de la littérature italienne qui, avec le soutien et la communication des Instituts du monde entier, présente nos auteurs à un public international.

Que recherchent les lecteurs italiens et surtout américains dans la littérature italienne classique et contemporaine ?

Marco Cassini :

Souvent, notre impression du public est en deçà de ses goûts et intérêts potentiels réels. Cela s’applique à toutes sortes d’activités culturelles : expositions, enseignement, littérature, non-fiction, théâtre, etc. Un exemple typique est celui de certaines productions télévisées qui présentent des situations, des personnages et des dialogues stéréotypés parce qu’elles supposent que c’est ce que le public veut. Mais lorsque vous mettez la barre plus haut et offrez un produit culturel supérieur, vous êtes souvent récompensé. Je crains que quelque chose de similaire ne se soit produit dans l’édition : au cours des dernières décennies, les livres sur la cuisine ou la mode italienne ont semblé plus faciles à exporter, tandis que la fiction littéraire a été laissée de côté – jusqu’à un récent regain d’intérêt. Personnellement, j’ai toujours été convaincu que le public mérite l’effort déployé pour maintenir un niveau plus élevé par ceux qui travaillent dans le domaine culturel (l’édition, dans mon cas). Le résultat est peut-être moins immédiat, mais il est possible de trouver un lectorat pour ce qui est singulier, nouveau, original et désorientant dans notre littérature. Il n’y a rien de stéréotypé ou de « facile » dans la proposition que nous avons faite à LITaly. Mais nous avons la foi : les livres peuvent attendre.

Annamaria Di Giorgio est née à Pescara en 1981. Diplômée en langues orientales avec une spécialisation en archéologie et en art à l’université Sapienza de Rome, elle a ensuite obtenu un master de l’École italienne d’organisation internationale et le master Eurosapienza en relations internationales. Elle travaille au ministère des affaires étrangères dans le domaine de la promotion culturelle depuis 2007. Elle a occupé le poste de directrice adjointe de l’Institut culturel italien de Berlin, puis est devenue directrice de l’Institut culturel italien de San Francisco.

Marco Cassini, après avoir fondé la maison d’édition minimum fax en 1994, a créé une autre maison d’édition, SUR, dont il est le directeur. Il est l’auteur d’une étude sur Raymond Carver, Carver (1997), de Beats & Bites (1996, recueil d’entretiens et d’essais sur la Beat Generation) et a édité, avec Martina Testa, une anthologie d’auteurs américains intitulée Burned Children of America (2001), publiée en anglais avec une préface de Zadie Smith chez Penguin et traduite ensuite dans plus de dix langues. Il a été le premier éditeur à faire traduire en italien les œuvres de McSweeney’s et de David Foster Wallace. Son livre Refusi. Diario di un editore incorreggibile (Coquilles : journal d’un éditeur incorrigible) est sorti chez Laterza en 2008 et a été traduit en 2011 en Espagne par Trama Editorial dans la collection Tipos Móviles. Depuis 1992, il dirige la Scuola del Libro (École du livre), une organisation à but non lucratif qui propose des cours d’édition, d’écriture et de traduction. Depuis 2013, il organise le festival littéraire d’Ivrea La Grande Invasion avec Gianmario Pilo.

Share: