Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEntretiens

Entretien avec Katherine Gregor, traductrice et écrivain britannique

Auteur: Stefania Ricciardi, Université de Louvain

04/04/2022

Entretien avec Katherine Gregor, traductrice et écrivain britannique

Katherine Gregor a traduit des classiques italiens, comme Luigi Pirandello et Carlo Goldoni, et Francesca Melandri, Stefania Auci et Alberto Angela parmi les auteurs contemporains. Elle est née à Rome, où elle a vécu de façon intermittente pendant douze ans, a passé six ans en France et vit en Angleterre depuis 1988, actuellement à Norwich. Elle traduit de l’italien et du français. Elle écrit également des pièces de théâtre et de romans, tient le blog Scribe Doll (https://scribedoll.com) et a créé et rédigé pendant deux ans la chronique mensuelle The Italianist (http://www.eurolitnetwork.com/tag/katherine-gregor/), qui porte sur les livres italiens non encore traduits en anglais.

 

Depuis votre enfance, vous avez eu des relations familiales avec des langues et des cultures différentes (je pense aussi à votre grand-mère arménienne). Quelle est la place de l’italien dans ce contexte riche et varié ?

L’italien a été la première langue que j’ai parlée dans le monde extérieur, je veux dire en dehors de l’environnement familial (où nous parlions principalement le russe), puisque nous vivions à Rome à l’époque. Malheureusement, c’est aussi la seule langue que j’ai apprise en autodidacte, ce qui signifie que tout ce que je sais, je l’ai appris en vivant en Italie, en lisant et en ayant de nombreux « parents de choix » italiens (des amis que je considère comme de la famille). J’ai récemment acheté une grammaire italienne – il est grand temps que j’apprenne les bases de cette langue que j’aime.

J’ajouterais que chaque langue est liée à une émotion ou un état d’esprit différent. Pour moi, l’italien est la langue qui me donne le sentiment d’être acceptée et de faire partie d’un réseau de soutien.

 

Quand votre passion pour la littérature italienne et pour la traduction est-elle née ? 

Elle a commencé avec une louve boiteuse et l’écrivaine Dacia Maraini… 

J’ai honte de l’avouer : après avoir étudié la littérature italienne pour mes examens de fin d’études, je n’avais plus ouvert un seul livre italien. Puis, il y a une dizaine d’années, lors d’un voyage dans les Abruzzes, je suis allée visiter un refuge pour animaux sauvages qui, pour une raison ou une autre, ne pouvaient plus être relâchés dans la nature. Je suis immédiatement tombée amoureuse d’une louvette boiteuse. Elle avait ces yeux jaune d’or qui suggéraient une sorte de connaissance obscure, comme si elle était consciente de choses que je ne pouvais même pas imaginer. Un des gardiens a dit qu’ils l’avaient appelée Dacia, d’après Dacia Maraini, qui l’avait trouvée et sauvée. Le même après-midi, je suis allée à la librairie du village et j’ai acheté trois livres de Dacia Maraini. Je voulais lire la femme qui avait sauvé la belle louve et qui, comme moi peut-être, avait été éblouie par ces yeux magiques. Ce soir-là, dans mon hôtel, j’ai lu jusque tard dans la nuit. J’ai aimé le style d’écriture de l’auteur, riche en couches, textures et couleurs, mais aussi les pensées qu’elle exprimait. C’est ainsi que j’ai commencé à lire d’autres auteurs italiens contemporains.

Ma passion pour la traduction est liée au désir de partager les livres que j’aime avec les lecteurs anglophones et – comme tant de mes collègues traducteurs – je fais ce que je peux, à ma toute petite échelle, pour encourager la croissance de la proportion honteusement faible de livres italiens traduits en anglais.

 

Cette passion se manifeste également sur votre blog et dans votre rubrique, The Italianist. Comment la nourrissez-vous et quelles sont vos sources d’information préférées pour découvrir de nouveaux auteurs ?

Je vous remercie. Je suis heureuse que cette passion soit évidente. Je me tiens au courant des nouvelles publications en lisant des suppléments de livres comme Robinson, La Lettura, en suivant les sélections de prix littéraires, mais je dois la plupart de mes connaissances aux agents italiens et aux gestionnaires de droits (dont certains sont devenus des amis très chers) qui me tiennent au courant en me demandant de traduire des échantillons et des entrées de catalogue, mais aussi des livres qu’ils pensent pouvoir me plaire. En outre, depuis que j’ai découvert newitalianbooks, je lis également ses lettres d’information et je garde un œil sur le site web.

 

Un traducteur est un lecteur qui accorde une attention particulière au rythme et à la structure d’une phrase, ainsi qu’à l’intrigue. Quelles sont les caractéristiques qui vous frappent particulièrement et qui vous donnent envie de traduire le livre que vous lisez ?

Pour moi, il s’agit en fait d’une réponse instinctive qui traverse mon cerveau si vite que je ne m’en rends pas compte ou qui le contourne complètement. C’est un livre que je sens dans mon corps et dans mon cœur et qui, pendant que je le lis, déclenche immédiatement un écho en anglais dans mes oreilles. D’un point de vue plus rationnel, je suis immédiatement attirée par une prose sobre et dépouillée, écrite par un auteur qui fait confiance à l’intelligence et surtout à l’imagination du lecteur, un auteur qui ne se sent pas obligé de mettre constamment les points sur les i et les barres sur les t, mais qui laisse au lecteur une certaine liberté et l’oblige à utiliser ses neurones.

En ce qui me concerne, la traduction est comme une danse, et pour avoir envie de traduire un livre, je dois sentir que je suis entre de bonnes mains, que je peux faire confiance à mon partenaire de danse pour me guider avec confiance et compétence.

 

Le monde anglophone est bien connu pour son nombre relativement faible de traductions d’auteurs étrangers. Comment le livre italien s’inscrit-il dans ce contexte ? Y a-t-il un genre spécifique qui a plus de chance de percer ?

Malheureusement, les livres italiens ne représentent qu’une petite partie du trop faible pourcentage de livres traduits en anglais. Le problème vient en partie du fait que très peu d’éditeurs savent lire l’italien et qu’ils doivent donc se contenter de comptes rendus de lecture rédigés par d’autres personnes au lieu d’avoir une expérience directe d’un livre. Par ailleurs, on a le sentiment qu’il est plus difficile d’obtenir des fonds et des subventions en Italie que dans d’autres pays. En outre, les annonces d’aides sont souvent formulées dans un langage compliqué. Pour l’instant, je dirais que les livres italiens traduits en anglais sont surtout des romans policiers ou des titres sélectionnées pour les grands prix littéraires, comme le Strega, bien que le fait d’être dans les cinq finalistes ne soit en aucun cas une garantie de traduction. Néanmoins, j’ai remarqué récemment que des livres très intéressants, en dehors des genres habituels, ont attiré l’attention des éditeurs anglophones, et c’est très encourageant.

 

Vous avez traduit des auteurs classiques et contemporains. Quels sont ceux que vous avez trouvés les plus difficiles ?

Sans aucun doute des livres avec des expressions en dialecte. Même avec un dictionnaire spécifique, il arrive souvent que vous ne trouviez pas l’équivalent en anglais. C’est alors que je demande à tous mes amis italiens de cette région et aussi à l’auteur, bien que très souvent il faut se fier à son instinct. Je dois cependant dire que réussir à traduire des expressions d’un dialecte est très satisfaisant.

 

Pour conclure, y a-t-il un livre – ou plus d’un livre – que vous aimeriez traduire et que vous envisagez de proposer à un éditeur ?

Je vais vous citer les trois premiers qui me viennent à l’esprit, sinon ma liste va s’allonger à l’infini.

  1. Il gioco di Santa Oca de Laura Pariani. Un livre unique en son genre, un vrai bijou, un roman écrit dans le style d’une chanson de geste dont l’action se déroule en Lombardie au XVIIe siècle et qui contient de nombreuses vérités toujours d’actualité.
  2. Tutte le donne di de Caterina Bonvicini. Un roman polyphonique très subtil, un commentaire social acéré, écrit avec une grande perspicacité mais aussi beaucoup de compassion.
  3. Fiore di roccia de Ilaria Tuti. Un merveilleux roman historique sur les femmes qui transportaient de la nourriture et des munitions dans des montagnes escarpées pour les soldats italiens sur le front pendant la Première Guerre mondiale.

Naturellement, je serais très heureuse de traduire un roman de Dacia Maraini. De plus, j’adore le théâtre et je serais ravie de pouvoir traduire des pièces.

Share: