Rechercher dans le catalogue

Recherche avancée dans le catalogue Nouveaux livres italiens

Skip to content Skip to footer
4 mai 2022

Le livre italien au Monténégro

Auteur:
Déjà Piletić, Université du Monténégro

Les liens historico-culturels qui unissent le Monténégro à l’Italie sont nombreux. Ils remontent à différents moments de l’histoire monténégrine. Il suffira d’énumérer quelques faits pour bien faire comprendre la diversité de leur nature: quatre siècles de dominium de la Sérénissime sur une partie significative de l’actuel littoral du Monténégro où l’italien était de facto langue officielle de l’administration jusqu’en 1918; le mariage de la princesse monténégrine Jelena Petrović avec Victor Emmanuel III de Savoie à la fin du XIXème siècle et, en enfin, la présence italienne sur le territoire monténégrin durant la Seconde Guerre mondiale. Toutes ces histoires ont laissé des traces jusque dans la vie culturelle du Monténégro et c’est justement sur elles que nous devons nous appuyer pour promouvoir la publication du grand nombre de textes italien traduits en monténégrin. 

Le Monténégro peut se targuer de compter par les premiers pays européens à avoir eu une imprimerie nationale. L’atelier d’imprimerie fut amené de Venise en 1493 et imprima les premiers livres en cyrillique de toute l’histoire des Balkans. Malgré cela, les guerres perpétuelles ne permirent pas à ce petit état de poursuivre son développement dans les domaines de la vie sociale et culturelle, dans celui de l’édition et, encore moins, dans celui de la traduction littéraire. L’atelier dont il a été question fut détruit en 1692 par les Vénitiens eux-mêmes. Fuyant l’avancée ottomane, ils le brûlèrent avec le monastère de Cettigne où il se trouvait à l’époque. Il fallut attendre 1832 pour que soit créée la nouvelle imprimerie nationale grâce au prince-évêque Petar II Petrović Njegoš, qui fut le plus grand poète du Monténégro. Dans les années qui suivirent, on commença à y imprimer des textes littéraires en plus des revues monténégrines de littérature qui comportaient les premières présentations et traductions d’œuvres d’auteurs italiens. 

La présence de la littérature italienne au Monténégro entre 1834 et 1918 (année de son annexion par la Serbie puis de son entrée dans le royaume des Serbes, Croates et Slovènes qui deviendra ensuite la Yougoslavie entraînant la perte de sa souveraineté) a été l’objet d’importantes recherches dues à la professeure Vesna Kilibarda, enseignante en littérature et civilisation italienne à l’Université du Monténégro. Ces travaux ont montré que, dans le Monténégro d’alors, la littérature italienne tenait le haut du pavé juste après la littérature russe. Ce ne furent pas moins d’une cinquantaine d’auteurs italiens que l’on présenta au public monténégrin durant ces années-là. On traduisit alors les œuvres de Leopardi, Carrer, Guerrini, Bracciolini, Grazia Pierantonini Mancini, Matilde Serao, Castelvecchio, Emma Borgen Conigliani, Venosta, D’Annunzio, Fucini, De Amicis, Carducci, Foscolo, Ada Negri. Parmi ceux qui diffusèrent et traduisirent la littérature italienne au Monténégro se détachent les noms de L. Tomanović, Ž. Dragović, S. V. Vrčević (le premier expert de Dante au Monténégro), F. J. Kovačević, N. S. Crnogorčević etc. 

La première œuvre italienne entièrement traduite et publiée en monténégrin fut l’ode de G. Carducci Il Piemonte (traduction de Dragović). Suivit une traduction intégrale d’un ouvrage se caractérisant également par un fort esprit patriotique : le roman Ultime lettere di Jacopo Ortis d’Ugo Foscolo (traduction de Vrčević). La dernière traduction de l’italien publiée au Monténégro avant sa disparition de la carte politique de l’Europe (en 1918) était un extrait du poème de Leopardi, All’Italia (par un traducteur anonyme).

La suite de notre parcours parmi les publications monténégrines de textes italiens (en utilisant les recherches existantes et en consultant le Fonds informatisé des bibliothèques monténégrines) met en lumière trois grandes catégories de textes appartenant à trois genres différents :

  1. Les traductions littéraires, sous forme de publications séparées (maisons d’édition Nova knjiga, Unireks, Narodna knjiga, Daily Press, Obod, etc.) ou sous forme de poèmes sélectionnés ou d’extraits de prose publiés dans divers périodiques littéraires, parmi lesquels Stvaranje, Ars et Novi susreti;
  2. Traductions de littérature de voyage ;
  3. Traduction d’essais et de documents historiques.

Ces deux derniers groupes de textes constituent une part significative des traductions publiés et peuvent être considérées comme des preuves tangibles des liens historiques qui unissent le Monténégro et l’Italie. Ce sont également des sources pour la recherche historique dédiée à l’étude des différentes époques de l’histoire monténégrine. Ils sont publiés par les maisons d’édition CID, Matica Crnogorska et OKF.

On constate une intensification de l’activité éditoriale et de traduction au Monténégro au tournant des années 2000 alors que le pays s’apprête à retrouver son indépendance, qui aura lieu en 2006. Et c’est précisément à partir de cette période que commence le panorama des traductions italiennes publiées au Monténégro que nous présenterons ci-dessous.

Au cours de cette période, différents récits appartenant à la littérature de voyage, des essais, des études et des documents historiques sont publiés. Parmi les différents auteurs traduits, on trouve : B. Biasoletto, F. Dall’Ongaro, A. Baldacci, P. Generini, V. Mantegazza, A. Serristori, P. Sticotti, G. Fassò, A. Martinelli, E. Colombatto , V. Vanutelli, M. Cagni, F. Guala, C. Alvaro, T. Vedovi, G. Procacci, G. Ferroni, G. Sartori, V. Ferrari, G. Scotti, S. Mazzolini, L. Vivalda, E Gobetti, F. Goddi, C. Siccardi.

Quant aux traductions littéraires publiées dans leur intégralité, il est très important d’observer que, la plupart du temps, les maisons d’édition monténégrines achètent les droits de publication des œuvres étrangères avec leur traduction en serbe (plus rarement en croate). L’explication de ce phénomène tient, entre autres, dans la taille du marché monténégrin du livre, ainsi que dans le fait que les langues serbe, croate, bosniaque et monténégrine sont si proches qu’il n’y a aucun problème de compréhension pour les lecteurs de l’une ou l’autre langue. Par conséquent, la liste des publications littéraires que nous présentons dans cet article ne doit être considérée que comme une liste des auteurs italiens dont les œuvres ont été publiées par des maisons d’édition monténégrines au cours des deux dernières décennies. En fait, en plus de celles accessibles aux lecteurs monténégrins, il existe également un grand nombre de traductions publiées par des maisons d’édition serbes et croates – il s’agit à la fois de traductions d’écrivains italiens classiques et contemporains. Il suffit pour s’en convaincre de consulter l’offre actuelle dans les librairies monténégrines, ainsi que le Fonds des bibliothèques monténégrines, qui, pour la période examinée, compte plus de 2000 titres d’ouvrages italiens.

Parmi les écrivains italiens les plus lus au Monténégro au cours des deux dernières décennies il convient de mentionner : U. Eco, A. Baricco, S. Tamaro, C. Magris, S. Benni, N. Ammaniti, R. Saviano, F. Moccia, E. Ferrante… Certains d’entre eux ont également été invités durant les différentes éditions du Salon du livre ou à l’occasion d’autres rencontres : Magris, Benni, Moccia, Francesca Melandri.

En outre, il est important de rappeler que certaines œuvres d’écrivains italiens font partie des lectures obligatoires prévues par le programme scolaire monténégrin – si les élèves du primaire lisent Pinocchio (C. Collodi) et L’isola di Arturo (E. Morante), les lycéens monténégrins, quant à eux, étudient les Rime de Pétrarque, des extraits de l’Inferno de Dante ainsi que certains récits tirés du Decameron de Boccace.

Parmi les noms de traducteurs monténégrins de textes littéraires, on peut citer les noms de V. Kilibarda, R. Lainović, U. Zeković, I. Mrvaljević, K. Popović, A. Mijušković et bien d’autres, tandis que les essais, la littérature de voyage, les témoignages et documents historiques ont été principalement traduits par M. Niković, V. Andrejević, D. Mraović, ainsi que par des professeurs de langue et littérature italienne du Département d’Études Italiennes de l’Université du Monténégro : V. Kilibarda, D. Piletić, R. Lazarević, O. Popović, G. Luburić, C. Brajičić. 

 

Traductions littéraires d’écrivains italiens publiés par les maisons d’édition monténégrines depuis l’an 2000 : 

Alighieri, Dante, La divina commedia, Podgorica: Daily press-Nezavisni nedjeljnik Vijesti (2004) (traduction: Mihovil Kombol, Olinko Delorko (Paradiso)); Podgorica: Štampar Makarije (2019) (traduction: Dragan Mraović)

Benni, Stefano, Margherita Dolcevita, Podgorica: Nova knjiga (2014, 2016, 2017) (traduction: Maja Živković)

Boccaccio, Giovanni, Decameron, Podgorica: Daily Press (2004) (traduction: Jerka Belan, Mate Maras)

Calvino, Italo, Se una notte d’inverno un viaggiatore, Podgorica: Daily Press (2003) (traduction: Ana Srbinović)

Collodi, Carlo, Pinocchio, Podgorica: Narodna knjiga (2016) (traduction: Jaksa Jovovic); Podgorica: Daily press (2005) (traduction: Vera Bakotić-Mijusković); Podgorica: Pobjeda (2014) (traduction: Dušanka Bogosavljev)

Eco, Umberto, Baudolino, Podgorica: Nova knjiga (2017) (traduction: Mirela Radosavljević e Aleksandar Levi)

Eco, Umberto, Nome della rosa, Podgorica: Nova knjiga (2016) (traduction: Milana Piletić); Podgorica: Daily press (2003) (traduction: Milana Piletić)

Eco, Umberto, Il Pendolo di Foucault, Podgorica: Nova knjiga (2015) (traduction: Mirela Radosavljević e Aleksandar Levi)

Eco, Umberto, Numero zero, Podgorica: Nova knjiga (2015) (traduction: Mirela Radosavljević e Aleksandar Levi)

Eco, Umberto, Il cimitero di Praga, Podgorica: Nova knjiga (2012) (traduction: Mirela Radosavljević e Aleksandar Levi)

Ferrante, Elena, I giorni dell’abbandono, Podgorica: Nova knjiga (2019) (traduction: Jelena Brborić) 

Ferrante, Elena, Storia della bambina perduta, Podgorica: Nova knjiga (2018) (traduction: Nataša Gavrilović)

Ferrante, Elena, Storia di chi fugge e di chi resta, Podgorica: Nova knjiga (2018) (traduction: Jelena Brborić) 

Ferrante, Elena, L’amica geniale, Podgorica: Nova knjiga (2017) (traduction: Mirjana Ognjanović)

Ferrante, Elena, Storia del nuovo cognome, Podgorica: Nova knjiga (2017) (traduction: Jelena Brborić)

Fuiano, Roberto, Il sole nella città, Podgorica: Unireks (2000) (traduction: Dragan Mraović)

Holeinone, Peter et. al, Le più belle fiabe del mondo, Podgorica: Narodna knjiga (2011) (traduction: Dušica Todorović)

Macchiavelli, Niccolò, Il Principe, Podgorica: Nova knjiga (2013, 2018) (traduction: Jelena Todorović)

Magris, Claudio, Danubio, Podgorica: Nova knjiga (2017) (traduction: Ksenija Popović)  

Moccia, Federico, Quell’attimo di felicità, Podgorica: Nova knjiga (2014) (traduction: Svetlana Smit)

Moccia, Federico, Sei tu, Podgorica: Nova knjiga (2014) (traduction: Biljana Kukoleča)

Moccia, Federico, L’uomo che non voleva amare, Podgorica: Nova knjiga (2013) (traduction: Kristina Koprivšek, adattato ed iekavizzato da Jelena Krsmanović)

Moccia, Federico, Tre metri sopra il cielo, Podgorica: Nova knjiga (2013) (traduction: Tatjana Arsić-Milanović)

Moccia, Federico, Ho voglia di te, Podgorica: Nova knjiga (2013) (traduction: Biljana Janković)

Morante, Elsa, Isola di Arturo, Podgorica: Narodna knjiga (2010) (traduction: Vukica Martinović)

Morante, Elsa, La storia, Podgorica: Daily Press (2004) (traduction: Razija Sarajlić)

Moravia, Alberto, La Romana, Podgorica: Daily Press (2011) (traduction: Marija Ilić – Agapova)

Pirandello, Luigi, Il fu Mattia Pascal, Podgorica: Daily Press (2003) (traduction: Jugana Stojanović)

Saviano Roberto, Bacio feroce, Podgorica: Nova knjiga (2019) (traduction: Gordana Subotić)

Saviano Roberto, Gomorra: Viaggio nell’impero economico e nel sogno di dominio della camorra, Podgorica: Nova knjiga (2018) (traduction: Ana Bošković)

Saviano Roberto, La paranza dei bambini, Podgorica: Nova knjiga (2018) (traduction: Gordana Subotić)

Tamaro, Susanna, Va’ dove ti porta il cuore, Podgorica: Nova knjiga (2015) (traduction: Mirjana Đukic Vlahović)

Tomasi, Alberto, Zarub: colloquio con lo sciacallo, Podgorica: Oktoih (2004) (traduction: Kruna Morača)

Zocchi, Chiara, Olga, Cetinje: Obod (2014) (traduction: Andreja Mijušković)

 

Traductions de poésies et d’extraits de prose et d’essais, publiées dans les périodiques littéraires monténégrins Ars (2000-2020) et Novi susreti (2007-2016):

Assunto, Rosario, L’immagine dell’infinito, Ars, n. 4, Cetinje: 2005, pp. 110-120. (traduction: Ivana Mrvaljević)

Battaglia, Roberto, Poesie: Guerriero di Cettigne, Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 8-9, Podgorica: 2009 (traduction : Dušan Đurišić); La luna sopra Podgorica, Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 8-9, Podgorica: 2009 (traduction: Branka Martinovic); Il segreto del Montenegro, Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 5, Podgorica: 2008 (traduction: Branka Martinović)

Bellucci, Ercole, Oggettistica enimmistica – scelta delle poesie; Ars, b.1-2, Cetinje: 2001, pp. 65-72,  (traduction: Kristijan Vujović)

Benni, Stefano, Bar Sport – scelta. Ars, n. 5-6, Cetinje: 2004, pp. 129-139 (traduction: Ivana Mrvaljević)

Buzzati Dino, La sosia (tiré de Le cronache fantastiche), Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 8-9, Podgorica: 2009, p. 10 (traduction: Risto Lainović)

Buzzati Dino, Dal medico (tiré de Le notti difficili) Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 3, Podgorica: 2008, pp. 8-9 (traduction: Risto Lainović)

Calvino, Italo, Amori difficili – scelta di racconti, Ars, n. 3, Cetinje: 2001, pp. 72-83; n. 1-2 (2006), pp. 211-217 (traduction: Uroš Zeković, Ana Vukašinović)

Calvino, Italo, I tre castelli, Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 20, Podgorica: 2014, pp. 13-14 (traduction: Risto Lainović) 

Calvino, Italo, La camicia dell’uomo contento, Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 16-17, Podgorica: 2011 (traduction: Risto Lainović)

Camaioni Anacleta, Rosa rossa, Ars, n. 5-6. (2000), pp. 77-79, (traduction: Sreten Vujovic)

Eco, Umberto, Storia della bruttezza (extrait), Ars, n. 1-2, Cetinje: 2015, pp. 62-68 (traduction: Ivan Kovačević)

D’Annunzio, Gabriele, La Consolazione (tirée du Poema paradisiaco), Novi susreti: glasilo književnih prevodilaca Crne Gore, n. 7, Podgorica: 2009 (traduction: M. Dragutinović e Raba Hodžić)

Teodori, Euro, Simfonia per tre archi (traduction: Sreten Vujović), Ars, n. 5-6 Cetinje: 2000, pp. 72-76

Magris, Claudio, L’ultimo incontro con Danilo Kiš, Ars n. 4-5, Cetinje: 2009, p. 79

Scotti, Giacomo, Sreten Asanović e la sua opera, Ars n. 1-2, Cetinje: 2011) pp. 106-107 (traduction: Sandra Perić)