Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEnquêtes

Le livre italien en Russie

Auteur: Daria Kozhanova, responsable du projet Geografia: Italia pour la revue Prochtenie

Le livre italien en Russie

La collaboration entre l’Italie et la Russie dans le domaine littéraire a une longue histoire et de nombreuses initiatives sont en cours actuellement dans ce secteur. Il convient également de rappeler que l’Italie a été à plusieurs reprises l’invitée d’honneur à la Foire internationale du livre de Moscou (2011) et à la Foire du livre de non-fiction (2018).

Plusieurs traducteurs de différentes générations travaillent à la diffusion et à la promotion de la littérature italienne en Russie. Nous ne pouvons pas manquer de mentionner les noms d’Irina Zaslavskaja (traductrice de Pier Paolo Pasolini), Gennadij Kiselev (traducteur d’Italo Calvino, Tommaso Landolfi, Alessandro Baricco), Elena Kostukovich (traductrice des romans d’Umberto Eco), Olga Gurevich (universitaire et traductrice de Giovannino Guareschi). Une véritable école de traduction littéraire de l’italien s’est formée à l’Institut littéraire Gorkij de Moscou, où Evgenij Solonovich, l’un des plus grands traducteurs de la littérature italienne en Russie, a longtemps enseigné. Cette position est désormais occupée par Anna Jampolskaja, qui a traduit de nombreux auteurs entre le XXe siècle et le nouveau millénaire. De nombreux traducteurs sont en fait des enseignants et/ou d’anciens élèves de l’Institut : Mikhaïl Vizel, Tatiana Bystrova, Jana Arkova, Olga Tkachenko, Marina Kozlova, Irina Bochenkova, Ekaterina Stepantsova, Maria Chelintseva, Jana Bogdanova. Certains d’entre eux ont contribué au projet « Géographie : Italie » (2020) édité par l’auteur de ce texte pour le magazine littéraire en ligne Prochtenie. L’objectif du projet est de présenter un aperçu détaillé des traductions de la littérature italienne contemporaine en russe.

Aujourd’hui, la fiction italienne est un secteur de niche pour le marché de l’édition en Russie, où sont actives diverses maisons d’édition. Corpus, qui fait partie du plus grand groupe d’édition russe Eksmo-AST, a publié les œuvres d’Umberto Eco, Tiziano Scarpa, Paolo Giordano, Francesco Piccolo, Paolo Cognetti, Paolo Sorrentino, Roberto Saviano, Elena Ferrante. La tétralogie L’amica geniale, en revanche, a été publiée par l’éditeur indépendant Sindbad, qui a également publié des livres de Domenico Starnone et Donatella Di Pietrantonio. Le groupe d’édition Azbuka Attikus a introduit en Russie les romans d’Alessandro Baricco, Niccolò Ammaniti, Margaret Mazzantini, Rosella Postorino et les romans policiers de Donato Carrisi, tandis que le groupe d’édition Meshcheryakov a entrepris la publication des livres d’Andrea Camilleri sur le commissaire Montalbano. La maison d’édition Ad Marginem a dans son catalogue des titres de Curzio Malaparte, Emanuele Trevi, Franco Arminio.

Normalement, les éditeurs s’inspirent des classements de ventes et des prix littéraires (Strega et Campiello), même si ces facteurs ne sont pas toujours décisifs. Récemment, Fedeltà de Marco Missiroli a été publié, tandis que l’on attend la sortie de La ragazza con la Leica d’Helena Janeczek et de M. Il figlio del secolo d’Antonio Scurati, les lauréats de la Strega 2018 et 2019. Une autre tendance mondiale visible en Russie au cours de ces dernières années est la prévalence des auteurs du sud de l’Italie. En effet, entre 2019 et 2020, ce sont surtout des auteurs napolitains et siciliens qui ont été publiés, comme Domenico Starnone, Elena Ferrante, Alessio Forgione, Massimiliano Virgilio et Stefania Auci.

De nombreux ouvrages ne seraient pas parvenus au public russe sans les contributions à la traduction du ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale et sans le soutien des instituts culturels italiens. Grâce à ces contributions, le Centre du livre Rudomino de la Bibliothèque de littérature étrangère a pu publier des anthologies de Leonardo Sciascia et Cesare Pavese et la maison d’édition Reka Vremen dans la série Bibliotheca Italica – les œuvres de Federigo Tozzi, Aldo Palazzeschi, Romano Luperini. Les numéros monographiques de la revue Inostrannaja literatur offrent la possibilité de faire découvrir la littérature italienne aux lecteurs russes, indépendamment de la logique du marché de l’édition. Trois numéros italiens ont été publiés (2008, 2011, 2018, le prochain est prévu pour 2022) sous la direction de A. Jampolskaya (dont un avec E. Solonovich). Il y a eu des traductions d’auteurs peu présents ou complètement absents en russe, comme Pier Vittorio Tondelli, Antonio Tabucchi, Stefano Benni, Michele Mari, Gianrico Carofiglio, Luca Doninelli.

Dans le domaine de la non-fiction, le champion absolu est Umberto Eco (l’un des auteurs italiens les plus traduits en russe). Récemment, les lecteurs ont pris connaissance de Danubio de Claudio Magris et de Roberto Calasso, grâce aux traductions de L’impronta dell’editore, La letteratura e gli dei et de La Folie Baudelaire. En outre, plusieurs ouvrages d’universitaires italiens de premier plan, tels que Carlo Ginzburg et Giorgio Agamben, ont été publiés. Cette ligne sera renforcée grâce au projet de collaboration entre l’Institut culturel italien à Moscou et l’éditeur Novoe literaturnoe obozrenie, qui prévoit la publication de volumes d’éminents chercheurs italiens en sciences humaines.

En ce qui concerne la poésie, il convient de mentionner les commentaires sur la traduction de la Divine Comédie (Olga Sedakova) et la nouvelle traduction de La Jérusalem délivrée (Roman Dubrovkin), tous deux récemment publiés par les Edizioni Ivan Limbakh de Saint-Pétersbourg. Le nom clé de la traduction de la poésie italienne en russe est sans aucun doute Evgenij Solonovich. Il a traduit de nombreux poètes du Moyen Âge à nos jours, parmi lesquels Francesco Petrarca, Ludovico Ariosto, Giuseppe Gioachino Belli, Giuseppe Ungaretti, Umberto Saba, Eugenio Montale, Maria Luisa Spaziani, Valentino Zeichen, Valerio Magrelli, Antonella Anedda…

Paradoxalement, l’éditeur le plus actif dans la promotion des poètes italiens contemporains en Russie est aujourd’hui une petite maison d’édition située dans la ville de Tcheboksary. Free Poetry by Igor Ulangin propose une série sur la poésie italienne éditée par le slaviste et traducteur Paolo Galvagni. Ils ont adopté une stratégie inhabituelle, en faisant appel à des poètes russes qui travaillent non pas avec des textes en langue italienne mais avec leurs traductions littérales en russe ; par conséquent, toutes les éditions sont bilingues. Dans le cadre de ce projet, deux mini-anthologies de poésie italienne Essere delle foto (2018) et Le parole a quest’ora (2019) ont été publiées, ainsi que des petits volumes consacrés à des auteurs come Gianfranco Lauretano, Valerio Grutt, Pietro Romano, Riccardo Canaletti, Giovanni Ibello, Giovanna Frene, Sandro Penna et Alda Merini.

La littérature italienne pour enfants et adolescents est très connue en Russie : depuis l’ère soviétique, les œuvres de Gianni Rodari sont incontournables dans les bibliothèques des jeunes lecteurs. Les liens se sont renforcés grâce à la collaboration entre la Foire internationale du livre de Moscou et la Foire du livre pour enfants de Bologne. Les traductrices Tatiana Stamova, Ksenia Timenchik, Ludmila Crippa, Anna Tigai, Anna Boguslavskaja, Olga Uvarova et Julia Gimatova travaillent sur la littérature italienne pour enfants et adolescents. Aujourd’hui, les œuvres des plus grands auteurs féminins – Silvana Gandolfi, Beatrice Masini, Bianca Pitzorno – sont publiées en russe par les principales maisons d’édition spécialisées Rosmen, Makhaon et Samokat. En outre, une petite maison d’édition, Ketletov, a récemment commencé à publier les livres de Roberto Piumini avec Lo stralisco. De nombreux auteurs de fiction pour jeunes adultes sont publiés par KompasGid, qui a fait découvrir aux lecteurs russes Guido Sgardoli, Paola Zannoner et Gabriele Clima. Peshkom v istoriju, en revanche, a publié le roman fantastique Petrademone de Manlio Castagna et des livres se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, tels que La sfolgorante luce di due stelle rosse de Davide Morosinotto et In piedi nella neve de Nicoletta Bortolotti.

Le tableau ne serait pas complet sans les bandes dessinées et les livres d’images. Les séries sur la fille zombie Mortina de Barbara Cantini, la Toscane médiévale et Viola Giramondo de Teresa Radice et Stefano Turconi sont publiées en russe. À cet égard, il convient de mentionner la série Laska Press récemment créée par Gorodets Publishing Group et éditée par Mikhail Vizel. Les livres italiens de ce projet comprennent Terraneo de Marino Amodio et Vincenzo Del Vecchio, Mi piace Spiderman… e allora ? (J’aime Spider-Man… et alors ?) de Giorgia Vezzoli et Massimiliano Di Lauro, et Aiaccio de Biagio Russo et Daniela Pareschi.

Enfin, ces dernières années, les bandes dessinées et les romans graphiques italiens sont arrivés en Russie, grâce aux efforts de Boomkniga, une maison d’édition indépendante de Saint-Pétersbourg spécialisée dans le neuvième art. Elle a publié deux livres du maître de la bande dessinée italienne Hugo Pratt sur Corto Maltese, tous deux traduits par le spécialiste de la bande dessinée européenne Mikhail Khachaturov, ainsi que plusieurs œuvres d’artistes contemporains de premier plan (toutes dans la traduction de Mikhail Vizel), comme Cinquemila chilometri al secondo de Manuele Fior, Unastoria de Gipi, Stigmate de Lorenzo Mattotti et Claudio Piersanti, et Jekyll & Hyde de Lorenzo Mattotti et Jerry Kramsky.

Share: