Recherche avancée dans le catalogue Nouveaux livres italiens

Skip to content Skip to footer
4 mai 2023

Gabriele d’Annunzio en traduction – Seconde partie

Auteur:
Mario Cimini, Université "G. D'Annunzio" de Chieti-Pescara et Elisa Segnini, Université de Glasgow

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la réputation de d’Annunzio, en Italie comme à l’étranger, a subi un véritable effondrement. À tort ou à raison, d’Annunzio était perçu comme un homme et un intellectuel loyal au régime fasciste, quand il n’était pas un fasciste convaincu (malgré le fait qu’il ait exprimé à plusieurs reprises des positions critiques à l’égard des politiques du régime, comme à l’occasion des accords entre Mussolini et Hitler). Quoi qu’il en soit, d’Annunzio a été oublié pendant de nombreuses décennies. Ses œuvres disparaissent des circuits éditoriaux, il n’y a pratiquement pas de traductions, les lecteurs et les critiques se désintéressent de l’œuvre. 

Les choses ont commencé à changer dans les années 1960-1970, lorsque certains critiques ont commencé à insister sur la nécessité de revenir à la lecture de d’Annunzio en mettant de côté les préjugés idéologiques. La dernière partie du XXe siècle et les deux premières décennies du nouveau millénaire sont donc marquées par un mouvement progressif de redécouverte de l’écrivain qui se traduit, d’une part, par une recherche cohérente de son œuvre et, d’autre part, par une redécouverte de ses textes même par un public de non-spécialistes.

La fortune fluctuante de d’Annunzio se reflète dans l’histoire des traductions de ses œuvres. Dans l’espace francophone, dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, il n’y a pas eu de nouvelles traductions des œuvres de d’Annunzio. Même les nouvelles éditions des versions d’Hérelle et de Doderet étaient rares, à l’exception de la nouvelle édition de L’Enfant de volupté – Il piacere – publiée par Calmann-Lévy en 1971, puis en 1991 : cette édition se base sur la traduction d’Hérelle, mais suit l’ordre des chapitres de l’original italien et comporte des ajouts de Pierre de Montera pour combler les lacunes censurées dans la première édition française. Au début des années 1990, les choses ont commencé à changer. En l’espace d’une décennie, plusieurs romans et nouvelles traduits par Hérelle sont réédités dans des éditions actualisées : c’est le cas de Triomphe de la Mort (Paris, Stock, 1994), L’innocent (Paris, La Table Ronde, 1994), qui rétablit le titre initialement proposé par Hérelle, Terre vierge (Paris, Stock, 1994), Le Feu (Paris, Éditions des Syrtes, 2000). Certaines traductions de Doderet ont également été rééditées, dont La Léda sans cygne (Talence, L’Arbre Vengeur, 2006). Par ailleurs, de nouvelles traductions sont apparues sur le marché. Le livre secret, jusqu’alors non traduit, a été publié en 1993 dans la version de Constance Thompson Pasquali (Paris, C. Bourgois) ; en 1996, les éditions du Seuil ont publié une nouvelle traduction de Notturno (Nocturne) de Jean-François Bory. Il convient de souligner l’activité de Muriel Gallot qui, au cours des vingt dernières années, a traduit trois volumes en version bilingue : un choix de nouvelles, Le passeur et autres nouvelles de la Pescara (Paris, Gallimard, 1998), une anthologie de textes poétiques, Poèmes d’amour et de gloire (Paris, « Cahiers de l’Hôtel de Galliffet », 2008), en partie rééditée en 2013 aux Éditions de La Différence sous le titre De l’Alcyone et autres poèmes, et un recueil de chapitres des Faville del maglio, Les Étincelles de l’enclume (2021), toujours dans la collection des « Cahiers de l’Hôtel de Galliffet », dirigée par Paolo Grossi.

La dynamique de la traduction et de la réception n’est pas différente dans d’autres pays. Dans l’immédiat après-guerre, la censure à l’encontre de d’Annunzio a été particulièrement forte dans les contextes qui doivent faire face à un passé fasciste. Dans les pays germanophones, seul Il fuoco continue d’être reproposé dans la traduction du début du XXe siècle en raison des références à Eleonora Duse – un personnage qui, contrairement à d’Annunzio, ne cesse de susciter l’intérêt des chercheurs et des lecteurs. À la fin des années 1970, d’Annunzio est apparu comme un personnage dans une série de drames, de nouvelles et de romans écrits par des auteurs de gauche tels que Klaus Stiller, Herbert Meieir, Elfriede Jelinek, Likas Suter et Hermann Peter Piwitt. Il s’agit de tentatives d’appréhender d’Annunzio en tant que personnage historique, plus qu’en tant qu’écrivain. Il faut attendre les années 1990 pour trouver de nouvelles traductions : en 1991, Suhrkamp publie Der Kamerad mit den wimpernlosen Augen (Il Compagno dagli occhi senza cigli) dans la traduction de Karin Fleischanderl. Entre 1994 et 1995, deux nouvelles traductions de Il piacere ont été publiées : La version de Pia Todorović-Strähl, pour Manesse-Verlag (1994), s’inscrit dans une prestigieuse et élégante collection de littérature mondiale ; la traduction de Claudia Denzler, dans l’édition accessible de Reclam (1995 ; 2016), s’adresse à un public plus large. En 1997, Matthes und Seitz a publié une nouvelle traduction de L’innocente (Das Opfer) de Virgilio Iafrate, rééditée deux ans plus tard par l’éditeur berlinois Ullstein. L’histoire des traductions montre que l’intérêt s’est limité au d’Annunzio esthète, européen et « pré-politique ». Ces dernières années, une attention croissante a été accordée au d’Annunzio poète. En 1999, Shaken a publié une sélection de poèmes (Ausgewählte Gedichte) dans la traduction de Hans-Christian Günther (rééditée en 2015 par Bautz) ; en 2009, Wohlleben a publié Hortus larvarum : Lyrik der Jahrhundertwende, une sélection du Poema paradisiaco dans la traduction de Geraldine Gabor et Ernst-Jürgen Dreyer. L’année 2013 a vu la traduction d’Alcyone (Berlin, Elfenbein), toujours par Gabor et Dreyer.

Au Japon, d’Annunzio, dans les années où le pays était en pleine démocratisation, est passé du statut d’auteur à succès à celui de personnage « innomable ». Un cas curieux est celui du célèbre auteur Yukio Mishima. La fascination de Mishima pour d’Annunzio est évidente dans toute son œuvre et, selon certains critiques, se reflète même dans sa carrière politique, qui culmine dans un coup d’État spectaculaire qui, à bien des égards, rappelle l’occupation de Fiume par d’Annunzio. Mishima ne mentionne cependant jamais le nom de cet auteur, sauf à l’occasion de la traduction du Martyre de Saint Sébastien (Tokyo, Bijutsu Shuppansha, 1966), dans laquelle l’intellectuel japonais, ne connaissant pas le français, s’essaie à la tâche avec l’aide de Kotaro Ikeda. Même dans les milieux académiques japonais, l’étude de d’Annunzio est restée controversée jusque dans les années 1970. En 1979, la sortie du film de Luchino Visconti, très apprécié du public japonais, a permis la traduction de l’Innocente, par Isao Waki. Mais il a fallu attendre encore plusieurs années pour que de nouvelles éditions des Romans de la Rose, également traduits par Waki et publiés par Shoreisha (Kyoto), voient le jour : Il piacere (2007), L’Innocente (2008), Trionfo della morte (2010).

En Union soviétique, d’Annunzio est rapidement devenu un auteur controversé. Seuls les textes les plus proches du vérisme, comme les Novelle della Pescara, sont réédités. Après la chute du régime soviétique, les éditeurs se sont mis à la recherche d’écrivains qui, pour des raisons idéologiques, avaient été exclus du marché de l’édition. En 1994, Moaisk-Terra a publié deux volumes des œuvres choisies de d’Annunzio. Cette édition reproposait cependant des traductions datées, du début du vingtième siècle. Il en va de même pour les six volumes d’œuvres choisies publiés par Knizhny Klub-Knigovek (2010). L’Innocente est sorti en 1995 dans une traduction révisée de N. Bronstein ; La Leda senza cigno, œuvre non traduite auparavant, a été publiée par divers éditeurs (Amfora, 2013, 2016, et Palmyra, 2018, 2020) dans la version de Natalia Starovskaia. 

Le monde hispanique est probablement le seul contexte dans lequel d’Annunzio a gardé sa réputation intacte dans l’immédiat après-guerre. Ses œuvres complètes, traduites par Julio Gómez de la Serna, sont publiées par une maison d’édition espagnole, Aguilar, mais à Mexico, en 1955. Des rééditions des romans de d’Annunzio ont continué à paraître régulièrement en Amérique latine jusqu’aux années 1970. Cela ne correspond pas à une renaissance de l’intérêt pour d’Annunzio dans le monde hispanique contemporain : les traductions argentines de Sandro Abate, destinées à un public universitaire, sont plutôt une exception qu’une règle. Citons El ultimo humanista (2008), qui rassemble les poèmes du cycle « Versi d’amore » (1882-1893), et Los jardines del Vate (2011), qui rassemble des poèmes des Laudi (1903-1933). En Espagne, la chute du régime franquiste et la reconnaissance du catalan comme langue officielle ont permis la traduction en catalan de Il piacere (El Plaer, Bercelona, Edicion 62, 1978), par Assumpta Camps.

Au cours des dernières années, d’Annunzio a même atteint la Chine communiste : L’innocente (无辜者), dans la traduction d’Emei Shen, est sorti en 2004 (Nanjing, Yilin Press) et a été réédité en 2020 par une maison d’édition de Shanghai (Shanghai Translation).

© 2020 NEW ITALIAN BOOKS  redazione@newitalianbooks.it