Recherche avancée dans le catalogue Nouveaux livres italiens

Skip to content Skip to footer

Grande è la confusione sotto il cielo

« Le blizzard du coronavirus a ébranlé le monde. L’Occident en particulier a été affaibli, et l’on peut se demander pourquoi, dans les sociétés plus avancées et plus riches, l’impact du virus a été si dévastateur. Le fait est que les vingt dernières années de mondialisation et d’hégémonie néolibérale ont considérablement fragilisé nos sociétés. Il ne s’agit pas seulement de l’affaiblissement des systèmes de santé universalistes. Il ne s’agit pas seulement de l’affaiblissement des systèmes de santé universalistes, ni de la réduction de la protection sociale et des dépenses sociales. Il s’agit de l’accroissement des inégalités et des zones de marginalisation. Mais la crise jette une lumière impitoyable sur un autre aspect, non moins inquiétant. C’est que des sociétés fragiles, craintives, privées de corps intermédiaires, appauvries dans leurs fondements culturels, produisent des « classes dirigeantes » de plus en plus aléatoires et improbables.

D’où vient le chaos qui règne aujourd’hui dans le système international ? Quels sont les nouveaux et les anciens joueurs qui évolueront sur l’échiquier mondial au cours des prochaines décennies ? Quels sont les foyers de crise et les domaines dans lesquels se déroulera la lutte pour le leadership dans la réalité multipolaire du XXIe siècle ? Pour répondre à ces questions, Massimo D’Alema dresse une analyse lucide du scénario géopolitique actuel. Avec la crise du modèle de démocratie libérale et de l’économie de marché, qui, après 1989, semblaient destinés à dominer sans partage, une phase d’interrègne gramscien s’est ouverte, dans laquelle l’ancien ordre a disparu et le nouveau peine à émerger. Une phase chargée d’éléments d’instabilité et caractérisée par la perte d’hégémonie des États-Unis et de l’Occident et l’émergence de nouveaux acteurs mondiaux. Et c’est précisément de la prise de conscience de la pluralité du monde que devra s’inspirer un leadership mondial éclairé, qui ne sera plus une seule puissance ou un seul modèle culturel et politique. L’Amérique de Trump, la Russie de Poutine et la Chine de Xi Jinping, les incertitudes de l’Europe, le nouveau rôle de l’Afrique, l’échiquier méditerranéen et la question non résolue du Moyen-Orient. En six conférences incisives, une réflexion sur la crise de l’ordre international néolibéral et les scénarios qui marquent notre époque. La crise du coronavirus non seulement n’infirme pas mais renforce cette analyse.


Massimo D’Alema a été secrétaire de la Fgci de 1975 à 1980. Il a fait partie des jeunes leaders du « tournant » qui a transformé le PCI en PDS en 1989, dont il est devenu le secrétaire national en 1994. Élu à la Chambre des députés en 1987, il devient en 1997 président de la Commission bicamérale pour les réformes institutionnelles. De 1998 à 2000, il est Premier ministre. En 2006, il est élu député et nommé vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères.

© 2020 NEW ITALIAN BOOKS  redazione@newitalianbooks.it