Il sito è in lavorazione. Ci scusiamo di eventuali inconvenienti.

Le livre italien dans le monde

ApprofondissementsEnquêtes

Le livre italien en Albanie

Auteur: Aurora Kenga

Le livre italien en Albanie

Les informations utilisées pour la rédaction de cette fiche sont extraites du catalogue de la Bibliothèque Nationale d’Albanie, qui – pour tout livre traduit et imprimé par des maisons d’édition albanaises – délivre un code ISBN unique et en reçoit cinq copies, ensuite cataloguées et intégrées dans les collections.

Les données prises en compte dans cette fiche couvrent les années 2000-2020. Comme la Bibliothèque Nationale n’a pas reçu toutes les copies des titres imprimés en 2020, seuls ceux parvenus à décembre 2020 sont pris en considération.

Un premier aperçu de la place des auteurs italiens traduits en albanais au cours de ces deux décennies sur la base de l’année d’impression peut être obtenu à partir du diagramme suivant :

Au total, ce sont 251 auteurs qui sont pris en considération, parmi lesquels on peut citer :

Classiques.

Pétrarque, sélection de poèmes lyriques tirés du Canzoniere (Lirika të zgjedhura nga Canzoniere, Infobotues, 2004).

Dante Alighieri est l’un des auteurs les plus traduits et réédités par les maisons d’édition albanaises, car l’étude de ses œuvres fait partie des programmes scolaires albanais. De 2003 à 2018, la Divine Comédie a été éditée et rééditée quatorze fois par six maisons d’édition, qui ont publié soit l’œuvre complète, soit chacune de ses trois parties, en faisant appel au travail de trois traducteurs : Pashk Gjeçi, Mark Ndoja et Meritan Spahija. Sur la Divine Comédie ont été publiées non seulement des traductions de texte mais aussi de commentaires comme Ferri, Lexim i përzgjedhur dhe i komentuar (L’Inferno, lettura scelta e commentata, traduction de Pashko Gjeçi, Albas 2003), ou d’études critiques comme Të vërtetat shkencore të “Komedisë Hyjnore” të Dante Alighieri-t (Alla ricerca della scienza nella “Divina Commedia” di Dante Alighieri) d’Antonio Scarelli (traduction de Pashko Gjeçi, maison d’édition Jozef, 2017).

Le Décaméron de Boccace, traduit par deux excellents traducteurs, Ali Hashorva et Shpëtim Çuçka dans les années 1992-1993, a été réédité dans son intégralité en 2020 par la maison d’édition Toena.

On retrouve une sélection d’œuvres de Giacomo Leopardi dans Antologji e prozës dhe poezisë, Logoreci, 2001. Enfin, Mbi poezinë e Mikelanxhelos, par Mihal Hanxharim, chez Elena Gjika, 2000 est consacré à Michel-Ange poète.

 

Auteurs ayant remporté le prix Strega.

Si on regarde de près la liste des ouvrages de la Bibliothèque Nationale sur la période prise en compte, on remarque que les vainqueurs du Strega (la plus importante récompense littéraire italienne), occupent une place de choix dans la traduction littéraire de l’italien vers l’albanais. Vingt-cinq auteurs lauréats de ce prix y figurent, dont : Alberto Moravia (douze traductions, huit maisons d’édition, onze traducteurs) ; Dino Buzzati (onze traductions, cinq maisons d’édition, sept traducteurs) ; Umberto Eco (sept titres, six traducteurs, trois maisons d’édition) ; Alberto Bevilacqua (quatre titres, quatre traducteurs, trois maisons d’édition) ; Dacia Maraini (trois traductions, trois traducteurs, trois maisons d’édition) ; Natalia Ginzburg (deux traductions, deux traducteurs, deux maisons d’édition) ; Melania G. Mazzucco (Vita, traduit par Xhimi Lazri pour Dora D’Istria en 2006 et par Mimoza Hysa pour Albas en 2016) ; Niccolò Ammaniti (deux traductions de Io non ho paura : une de Mimoza Hysa pour Ombra GVG, l’autre de Yllka Beshirja pour Dudaj ; deux autres titres traduits par Yllka Beshirja et Hysen Sinani, toujours pour Dudaj) ; Tommaso Landolfi (une traduction de Kalara Kodra pour Elite en 2000) ; Primo Levi (deux éditions de Se questo è un uomo chez la maison d’édition Pegi, traduit en 2002 par Genc Pjetri ; traduction de La tregua par Aida Baro en 2017) ; Dacia Maraini (trois traductions, trois traducteurs, trois maisons d’édition) ; Margaret Mazzantini (trois traductions par Mimoza Hysa et Pardi Teferiçi pour la maison d’édition Ombra GVG) ; Elsa Morante (deux traductions par Agim Doksani et Romina Kasharaj pour les maisons d’édition Pegi et Living,) ; Sandro Veronesi (trois traductions, deux traducteurs, deux maisons d’édition) ou encore Maurizio Maggiani, Claudio Magris, Giorgio Montefoschi, Francesco Piccolo, Alessandro Piperno, Giuseppe Pontiggia, Ugo Riccarelli, Walter Siti, Mario Soldati et Domenico Starnone. Une analyse des données montre que la maison d’édition qui a publié le plus d’œuvres d’Umberto Eco est Dituria, et pour Alberto Moravia ce sont les maisons d’édition Toena et Sait. Ombra GVG est la maison d’édition qui a publié le plus de titres de Buzzati et Mazzantini. Parmi les traducteurs, nous citerons au moins : Aida Baro, Mimoza Hysa, Agim Doksani, Alma Hafizi, Diana Çuli, Diana Kastrati, Donika Omari, Dritan Çela, Durim Taçe, Eri Tafa, Edvin Cami, Erion Gjatolli etc. Beaucoup des titres mentionnés plus haut ont pu être traduits et publiés en langue albanaise grâce aux contributions allouées par le Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale par l’intermédiaire de l’Institut Culturel Italien de Tirana.

Auteurs italiens ayant remporté le prix Nobel.

Les auteurs italiens lauréats du prix Nobel et traduits en albanais sont : Grazia Deledda avec deux éditions en 2004 et 2016 de son roman Canne al vento, respectivement par Violanda Cako et Romina Kasharaj ; Eugenio Montale avec quatre œuvres traduites par quatre maisons d’édition différentes ; Luigi Pirandello avec onze œuvres (romans et pièces de théâtre), traduites par huit traducteurs dont Amik Kasoruho, Klara Kodra ecc. ; Salvatore Quasimodo avec deux œuvres traduites par deux maisons d’édition.

Littérature pour enfants et adolescents.

Les traductions d’œuvres italiennes destinées aux jeunes lecteurs ne sont pas moins nombreuses. L’auteur le plus traduit de tous est Gianni Rodari, avec vingt et unes traductions par quatorze traducteurs pour douze maisons d’édition. Viennent ensuite : Carlo Collodi, avec quatorze éditions par treize traducteurs de Pinocchio pour treize maisons d’édition ; Edmondo De Amicis, dont le roman Cuore figure dans le programme des écoles primaires et compte cinq traductions chez six maisons d’édition différentes ; Marcello Argilli, avec quatre titres traduits par deux traducteurs pour trois maisons d’édition. De nombreux livres de Geronimo Stilton ont aussi été traduits, soit quarante-quatre titres, tous publiés par la maison d’édition Pegi et traduits par Agim Doksani. Quatre titres de Tea Stilton ont été traduits par Agim Doksany toujours chez Pegi. Nous citerons enfin deux auteures : Bianca Pitzorno et Giuditta Campello. Cinq titres de la première ont été traduits par Afrim Spahiu, Lejbjana Hyseni et Dhurata Shehri pour trois maisons d’édition, et quatre de la seconde, par Rudina Çupi aux éditions Albas.

Poésie.

Plusieurs maisons d’édition publient de la poésie italienne en albanais. En plus de Quasimodo et Montale, déjà cités comme prix Nobel, on peut citer en particulier Alda Merini avec deux œuvres respectivement traduites par Lisandri Kola et Aqif Hysa (Mishi i engjëjve, Pika pa sipërfaqe 2012; Lëkura e shpirtit, Adonis 2014). Quelques anthologies de poètes ont été publiées par des personnalités de la littérature albanaise dont Poezi italiane e shekullit XX (Poesia italiana del secolo XX), par Klara Kodra, chez Elena Gjika, 2000.

Share: