Recherche avancée dans le catalogue Nouveaux livres italiens

Skip to content Skip to footer
22 mai 2024

Le livre italien en Hongrie
Seconde partie

Auteur:
Margit Lukácsi, Université catholique Pázmany Péter de Budapest

Dans les choix éditoriaux, les classements des ventes, la place qu’occupe un ouvrage dans ces classements, le fait qu’il ait été présenté dans des festivals et des foires du livre, qu’il ait obtenu des prix et, surtout, que l’auteur soit disposé à promouvoir son livre en participant à des présentations et à divers autres événements, comptent pour beaucoup. La présence active de l’auteur offre une certaine garantie pour le succès du livre traduit. Mais il peut être tout aussi intéressant que l’auteur soit invisible et que, même en sachant qu’il existe, on soit fasciné par le halo de mystère qui entoure sa personne : c’est le cas d’Elena Ferrante, dont presque tous les livres ont été traduits en hongrois. Le cas d’Antonio Tabucchi pourrait être l’exemple inverse – un auteur très estimé, peut-être plus à l’étranger que dans son pays – dont le premier roman traduit en hongrois est paru en 1980 (Piazza d’Italia) et les traductions de ses autres œuvres ont été publiées de nombreuses années plus tard, parmi lesquelles Sostiene Pereira (1999), Il gioco del rovescio (2002) et Notturno indiano (2003). Tabucchi n’est jamais devenu un cas littéraire en Hongrie : il est resté un auteur connu dans la sphère des spécialistes italiens et d’un public raffiné qui lit encore des magazines littéraires dans lesquels nombre de ses nouvelles et extraits de romans ont été publiés en hongrois. Il est également intéressant de noter la fortune d’Andrea Camilleri, qui connaît un énorme succès en Italie et en Allemagne, alors qu’en Hongrie il n’est connu que de peu d’amateurs, malgré ses sept à huit livres traduits, ses romans policiers et un roman historique, Il birraio di Preston.

On pourrait poursuivre la liste des traductions en mentionnant les auteurs italiens qui ont connu un grand succès dans leur pays. Certains titres sont devenus de véritables best-sellers en Hongrie : Alessandro Baricco (12 titres), Elena Ferrante (10), Niccolò Ammaniti (4), Melania Mazzucco (4), Stefano Benni (3), Paolo Giordano (3), Dacia Maraini (3), Roberto Saviano (3), Silvia Avallone (2), Paolo Cognetti (2), Margaret Mazzantini (2), Donatella Pietrantonio (2). Parmi les traductions des deux ou trois dernières années (2021-2023) figurent Roberto Calasso (Ka), Nicola Lagioia (La città dei vivi), Sandro Veronesi (Il Colibrì), Giulia Caminito (L’acqua del lago non è mai dolce). Giorgio Pressbburger (8) et Edith Bruck (5) bénéficient d’une attention privilégiée en Hongrie en raison de leurs origines hongroises.

Dans un environnement éditorial où les livres de divertissement (romans d’amour, policiers, romans historiques, livres sur le football) sont de plus en plus nombreux, les titres traduits de « haute littérature » sont relativement peu nombreux. Bien que les anthologies (en prose et en poésie) aient presque complètement disparu, quelques initiatives héroïques doivent être mentionnées au cours des deux dernières décennies. Deux d’entre elles émanent de la maison d’édition Noran de Budapest : une anthologie de nouvelles, « Le décaméron italien du XXe siècle » (Huszadik századi olasz dekameron, 2005), dans la série « Modern dekameron », dans laquelle 15 anthologies de nouvelles de 15 régions linguistiques différentes ont été publiées ; et l’anthologie de nouvelles érotiques « Erato italiano » (Olasz erato, 2005). La troisième initiative, tout aussi courageuse, concerne la poésie : l’anthologie de poésie Online barokk (« Baroque en ligne » 2012), un recueil bilingue de deux cents poèmes de cinquante-deux poètes de la seconde moitié du XXe siècle, tels que Nanni Balestrini, Antonio Porta, Elio Pagliarani, Carlo Villa, Adriano Spatola, Giulia Niccolai, Cesare Viviani, Tomaso Kemeny, etc.). Ces initiatives doivent être considérées comme « héroïques », car la publication de la poésie italienne contemporaine fait encore cruellement défaut en Hongrie. Et ce n’est pas parce qu’il y a un manque de traducteurs, au contraire : les poètes traducteurs existent, mais leur travail reste presque toujours dans l’ombre ou, au mieux, est hébergé par des maisons d’édition mineures. Quelques exemples : un recueil de poèmes de Mario Luzi (« La cupa fiamma che ricade », 2008) ; Laborintus d’Edoardo Sanguineti (2008) ; et un recueil de poèmes d’Aldo Palazzeschi « Così mi piace » (2016).

Il convient également de mentionner un certain nombre de réalisations exceptionnelles : la nouvelle traduction de La Divine Comédie de Dante dans une édition commentée (2016), un événement qui a eu un grand impact dans la sphère littéraire et pas seulement dans le domaine des études italiennes ; la traduction des œuvres complètes d’Umberto Eco ; et l’achèvement de l’édition des œuvres de classiques du XXe siècle tels que Pirandello, Calvino, Buzzati et Pasolini. Il s’agit en partie de rééditions en éditions révisées de traductions déjà existantes et en partie de nouvelles traductions, comme dans le cas de Pasolini, dont les romans (Ragazzi di vita, Una vita violenta, Petrolio) ont été traduits, ainsi que ses scénarios, ses œuvres poétiques et certains titres de non-fiction (Empirismo eretico). Parallèlement, ces éditeurs ne manquent pas de proposer d’autres auteurs d’une valeur littéraire incontestable, tels que Claudio Magris et Antonio Tabucchi, ainsi que des œuvres de Primo LeviSi c’est un homme et La trêve (2014) et quelques nouvelles sous le titre Angyali pillangó, Angelica farfalla (2004) et La Chimera de Sebastiano Vassalli (2002). Des lacunes subsistent dans la traduction d’œuvres de grande qualité littéraire (classiques contemporains, essayistes, etc.) et beaucoup pourrait être fait pour mieux promouvoir les traductions existantes auprès d’un public plus large.

Enfin, il ne faut pas oublier le travail réalisé par tous les éditeurs du secteur scolaire et universitaire qui publient les œuvres des grands auteurs des siècles les plus reculés, de l’humanisme au baroque en passant par le romantisme. Ces éditions circulent principalement parmi les chercheurs et les étudiants universitaires, atteignant rarement un public plus large.

En conclusion, je pense que la situation n’est pas trop différente de celle des pays européens qui ont vécu et vivent dans des contextes historiques, culturels et linguistiques similaires à ceux de la Hongrie. Une chose est sûre : la figure du traducteur est un facteur clé, qui agit un peu comme un marchand avisé, un peu comme un ambassadeur cultivé. Le traducteur-médiateur est une sorte de « représentant » de l’auteur et de son œuvre, aujourd’hui plus que jamais.

© 2020 NEW ITALIAN BOOKS  redazione@newitalianbooks.it